Blog Spéciale 40 ans

1977: ça pourrait recommencer

COMMEMORATION. Quarante ans après l’éruption volcanique qui a profondément modifié Piton-Sainte-Rose, les scientifiques en savent plus. Selon eux, l’hypothèse de nouvelles coulées, menaçant les habitants, doit être envisagée.

 

Oui, la coulée de 1977 pourrait se reproduire, et pas seulement à Sainte-Rose. Quarante ans après l’éruption volcanique qui a profondément modifié le paysage de Piton-Sainte-Rose, les scientifiques l’affirment: les éruptions hors Enclos, hors du Grand Brûlé, sont plus fréquentes qu’on ne le croit. Il suffit de regarder la chronologie des quarante dernières années.

« Après 1977 il y a eu l’éruption de 1986 au Tremblet, puis celle de 1998 » cite Aline Peltier, directrice de l’Observatoire volcanologique du piton de la Fournaise. « En 2007, c’était une éruption dans l’Enclos, mais qui a eu un impact sur la population, avec des pluies acides ». Selon une moyenne statistiques, il y a donc tous les dix ans une éruption qui impacte directement les habitants.

Au-delà de ces constatations de bon sens, les scientifiques ont cherché à mieux connaître les éruptions hors Enclos. En 2012 étaient rendue publique l’étude « Evaluation de l’aléa volcanique à La Réunion », menée conjointement par l’observatoire et l’université de La Réunion, sous la direction d’Andrea du Muro et Laurent Michon (*). On peut y lire qu’une coulée dévalant sur la ville de Saint-Joseph serait tout à fait possible… (lire notre encadré).

Mme Peltier évoque d’autres données récemment mises en évidence par les scientifiques. Comme la datation du piton Chisny, dans la plaine des Sables, qui prouve qu’une éruption hors enclos s’est produite en 1680, soit au début du peuplement de l’île ! « S’il se produisait une éruption de même ampleur maintenant, les conséquences seraient importantes » insiste la volcanologue.

 
An 514, une coulée jusqu’à Terre-Sainte

Car l’étude cite de précédentes éruptions qui ont provoqué des coulées s’étendant jusqu’à la mer, lors des 5000 dernières années. Soit une période ridiculement petite à l’échelle géologique. « Par exemple, la coulée des Trous blancs, issue d’un cône volcanique situé sur la route du Volcan, a été datée de l’année 514 ; elle est allée jusqu’à Terre-Sainte » précise Mme Peltier. « Tous les petits cônes éruptifs de la Plaine-des-Cafres et de la Plaine-des-Palmistes ont provoqué des coulées qui ont atteint Saint-Pierre ou Saint-Benoît ».

Cela signifie-t-il que ces villes peuplées sont menacées prochainement par des coulées de lave, comme Piton-Sainte-Rose l’a été en 1977 ? « Non, pas demain ! » rassure la scientifique. Et puis, grâce à l’Observatoire volcanologique (créé après 1977), les autorités et les populations sont prévenues des risques, ce qui n’était pas le cas pendant les siècles précédents.

Mais c’est une réalité géologique à prendre en compte : sept éruptions hors enclos se sont produites depuis la fin du XVIIe siècle, soit une moyenne statistique de deux par siècle. L’hypothèse est donc scientifiquement réaliste, sans qu’il soit nécessaire de paniquer.

 

(*) http://www.reunion.developpement-durable.gouv.fr/etude-de-l-alea-volcani…

Véronique Hummelvhummel@jir.fr

Blog Sainte-Rose

GRATUIT
VOIR