Blog

Fallait-il vraiment rouvrir l’enclos ?

Combien de visiteurs ont fait l’ascension du sommet du volcan hier, jour de réouverture ? Difficile de le chiffrer, il faudra attendre les comptages officiels de l’ONF. Une chose est sûre, le parking a fait le plein hier et à plus de 13 h, des marcheurs descendaient encore dans l’enclos. Ils ont été sans doute plusieurs centaines au moins, voire 500, ou peut-être bien plus. Et les premières traces de leur passage sont déjà là.

Erreur d’aiguillage

La réouverture au public de l’enclos du piton de la Fournaise, après un mois de fermeture, et avec un itinéraire modifié, est visiblement en rodage. Deux sentiers ont été coupés par la coulée du 13 juillet. Si celui du sommet a bien été retracé, l’ancienne jonction entre la Chapelle de Rosemont qui rattrape le sentier vers le cratère Caubet et le belvédère sur le cratère Rivals est resté en rade. Le panneau indique bien « Cratère Caubet », mais une centaine de mètres plus loin, le balisage bute au contact d’une des coulées qui l’a recouvert. C’est ce qui s’appelle envoyer les randonneurs dans le mur.

Les randonneurs balisent à leur façon

En quelques heures, les visiteurs du volcan ont démontré leur capacité à polluer un site jusqu’alors vierge. Le long du nouvel itinéraire (personne ne passait là avant), on trouve déjà du papier toilette abandonné à la vue générale, des débris de chaussures (les chaussures de sport/trail trop fragiles pour ce terrain dispersent crampons, morceaux de semelles et micro-débris colorés), et même des peaux d’agrume. Mention spéciale pour le randonneur citoyen qui a ramassées ces dernières : trois heures après cette photo, elles avaient été nettoyées du paysage.

M.A

Blog Sainte-Rose

GRATUIT
VOIR