Politique

Loi SRU : la demande d’exemption validée

“Michel Vergoz regrette qu’au niveau national la construction de logements évolutifs sociaux (accession à la propriété) ne soit pas prise en compte dans le décompte de la loi SRU.”

CIREST. Lors du conseil communautaire d’hier, les élus de la Cirest ont validé sans surprise la demande d’exemption aux obligations de la loi SRU (solidarité et au renouvellement urbain) en matière de constructions de logement social (taux de 20 % dans le parc de résidences principales) pour les communes de Salazie, Sainte-Rose et de la Plaine-des-Palmistes, comme le permet désormais la loi relative à l’égalité et à la citoyenneté selon des critères bien définis (notre édition du 6 septembre).

La demande va désormais être envoyée au préfet qui transmettra à une commission nationale. Si elle est accordée, l’exemption n’est pas définitive mais pour une durée de trois ans. Pas un permis pour ne plus construire de logements sociaux mais la prise en compte d’une “impossibilité et de contraintes rendant quasi impossible d’atteindre le taux de 20 %”, intervient l’adjoint saint-andréen Alain Sinaretty. “Il ne faut pas voir dans ce vote une volonté d’échapper à nos responsabilités”, poursuit le sénateur-maire de Sainte-Rose, Michel Vergoz qui regrette qu’au niveau national la construction de logements évolutifs sociaux (accession à la propriété) ne soit pas prise en compte dans le décompte de la loi SRU.

Une “méconnaissance” de la réalité de l’outre-mer pour le président de la Cirest, Jean-Paul Virapoullé. Ils pointent également des “contraintes de Bercy trop lourdes.” Ils souhaitent que dans le cadre des prochaines Assises de l’Outre-mer le sujet soit remis sur la table avec plus généralement des “positions communes présentées par les communautés de commune.”

Les élus ont par ailleurs adopté l’installation de trois éco-compteurs ainsi que la réalisation d’une étude en partenariat avec l’IRT afin de quantifier la fréquentation ainsi que les profils des usagers du sentier littoral Est au niveau de Bourbier les rails (Saint-Benoît), de la Maison du vacoas (Bras-Panon) et du Colosse (Saint-André). Un financement à hauteur de 68 333 euros a par ailleurs été adopté pour le cofinancement des études sur le projet de pôle portuaire industriel et énergétique de Bois-Rouge.

Blog Sainte-Rose

GRATUIT
VOIR